Théâtre - : "Le mensonge" Texte : Catherine Grive et Frédérique Bertrand

Le mensonge

Texte : Catherine Grive et Frédérique Bertrand / Librement adapté

Chorégraphie : Catherine Dreyfus

Vous vous souvenez de ce petit garçon qui un jour a crié “Au loup !” dans les rues de son village ? Il n’y avait pas de loup, c’était une farce et  surtout un gros mensonge !…Mais un jour, un loup est arrivé et même en criant “Au loup !”, personne n’est intervenu et …Même dansé un mensonge reste un mensonge !!!…

Un jour comme les autres

C’était un jour comme les autres, mais ce jour-là, “dans un silence, les mots sont sortis tout seuls…Le soir, en rentrant dans ma chambre, mon mensonge, il m’attendait…Je n’avais rien fait, rien pensé…Il était revenu”. C’est à ces mots sortis malgré elle que doit se confronter cette petite fille qui vit entre ces deux parents. C’est sûr, ils l’aiment, mais le quotidien est parfois tellement lassant qu’on a envie d’inventer d’autres choses, même si ce n’est pas vrai. Chaque soir, la mise en place de la table du repas, le dîner, le rangement, un jeu… et puis plus rien ! Papa et maman sont adorables et aiment beaucoup leur petite fille, mais il ne se passe rien et les jours sont parfois si longs…
Mais que faire lorsque l’on a menti et que la petite boule rouge du mensonge apparaît comme par magie dans tous les coins de la maison et se met à grossir tous les jours un peu plus ?…Et si les gens ne vous croyaient plus ?…ne vous aimaient plus ?…

La montagne des mensonges

Habituellement, dans “La souriScène”, nous parlons théâtre avec des textes et des mises en scène, pourtant ici ce qui nous a tenté c’est le fait de parler d’une pièce qui raconte l’histoire en la basant sur une chorégraphie destinée à des enfants à partir de 6 ans. Dans un jeu acrobatique, se mêlent les scènes répétitives des repas du quotidien, les moments de jeux et les rêveries qui deviennent parfois des cauchemars.
La petite fille se perd dans un monde onirique où la balle rouge du mensonge prend de plus en plus de place. Au fil des jours le rond va gonfler, se multiplier et finir par envahir tout son espace. Le mensonge est devenu une montagne impossible à franchir. Et si ce combat concernait en fait tous les menteurs du monde ?

Une chorégraphie pleine de poésie et d’inventivité

Comment dire la vérité et existe-t-elle encore après un mensonge ? Dans une chorégraphie d’une grande inventivité qui souligne une poésie de tous les instants, Catherine Dreyfus raconte le corps à corps de la petite fille qui doit chaque jour affronter le mensonge qu’elle a mis en place. Des pas évoquant le hip-hop se dansent sur une musique plus douce. La scénographie suit le mouvement des danseurs. Des planches que l’on ouvre ou referme définissent les espaces du coin repas, de la chambre de l’enfant, de ce monde extérieur parfois étrange ou inquiétant. La répétition de certaines actions évoquent la monotonie des jours et des actions familiales. Et si le mensonge était peut être un espace de créativité pour échapper au quotidien ?
Dans un mouvement incessant, les corps bougent et semblent dans le même mouvement déconstruire le décor et emporter la réalité du monde. Se frôlant ou s’éloignant, le corps des trois danseurs finissent par créer des mouvements qui se complètent, s’échappent dans un espace envahi par des boules de mensonges de plus en plus énormes. S’ouvrent alors les portes d’un imaginaire où le mensonge se substitue à la vraie vie dans la tête de l’enfant. Dire, parler et découvrir que papa et maman ne nous en veulent pas et nous aiment encore, même si on a menti, ouvre finalement la porte de la liberté et transforme les grosses boules de mensonges en des balles minuscules, tout à fait inoffensives. Surtout lorsque maman nous affirme qu’on a le droit de se tromper et que parler nous permet de nous libérer des secrets les plus lourds…Les applaudissements enthousiastes des enfants et des jeunes gens dans la salle ont exprimé dans l’instant le plaisir et le vrai bonheur de ce spectacle…!

Théâtre - : "Le mensonge" Texte : Catherine Grive et Frédérique Bertrand
photo Raoul Gilibert

Le mensonge

Texte de Catherine Grive et Frédérique Bertrand
Librement adapté / Éditions du Rouergue- Actes Sud- 2016
Chorégraphie : Catherine Dreyfus

Avec : Maryah Catarina Dos Santos Pinho ou Fiona Houez, Jérémy Kouyoumdjian ou Rémi Leblanc-Messager et Cloé Vaurillon ou Anna Konopska


  • Accompagnement dramaturgique : Noémie Schreiber

  • Lumières : Aurore Beck

  • Musique : Stéphane Scott

  • Costumes : Nathalie Saulnier

  • Scénographie : Oria Steenkiste / Catherine Dreyfus

  • Construction du décor : Les Ateliers de L’Opéra National du Rhin

  • Voix : Isabelle Gouzou

Durée estimée : 50 mn


Théâtre Paris -Villette- 75 019 Paris

Du 4 au 21 Avril 2024

TOURNÉE : La Scierie – Festival d’Avignon du 3 au 21 Juillet 2024


Retour en haut
Tweetez
Partagez