Là où tu es

Texte & Mise en scène : Brigitte Barbier

Pour dépasser la douleur, elle en a tourné un film puis elle en a écrit un livre. Brigitte Barbier a perdu son fils et de ce sujet intime, “Là Où Tu Es” est la pièce qu’elle a écrite et qu’elle met en scène avec tendresse. Elle essaie, d’une autre façon, d'y faire exister la mort et l’enfant  emporté, dans une sorte d'au-delà des mots… Une oeuvre troublante, émouvante et pleine de vie.   

Un indicible qui ressemble à la vie

“ Et tu es partie fragile vers l’au-delà, et je reste malhabile…fa, sol, do, fa…” La petite cantate de Barbara, que Camille écoute, ouvre le spectacle. Camille vient de perdre son fils. Pour survivre elle écrit, questionne le vide et le silence, murmure à son fils des mots tendres et essaie de traverser la frontière qui les sépare. Le désespoir, l’audace du désespoir…Elle découvre en acceptant totalement la douleur et l’absence qu’elle peut affiner la frontière…À force d’y consacrer, du temps, des mots, à force de refuser d’entendre seulement parler de la mort comme quelque chose de triste dont il faut accepter l’inéluctabilité, une brèche s’ouvre. 

Se peut-il qu’un enfant montre le chemin alors que sa mère reste suspendue au fil de la vie ? Ici, la mort devient un espace certes silencieux, mais un espace de rencontre entre la mère et l’enfant disparu. Une réalité s’impose et allège le poids : refuser la peur de la mort et les mots qui s’y rattachent pour créer un autre espace que l’on peut alléger en refusant le poids du doute. Camille finit par tisser d’autres liens, par ouvrir des brèches où peuvent s’engouffrer d’autres mots qui disent et continuent de raconter un indicible qui ressemble à la vie.   

“Une partie envolée qui perdure dans l’univers…”

Porté par Coralie Emilion-Languille, sans pathos et juste à travers les mots de l’émotion, le texte se déroule entre souvenirs du passé et émotions de la mère déchirée. Seule en scène, ménageant et étirant les silences, la comédienne devient une passeuse qui va du refus à la colère, de la réflexion sur la portée de la mort à son refus total à cause de la douleur qui l’accompagne. Sans ostentation, avec une grande délicatesse et ouvrant vers la tendresse, la mise en scène permet au fils mort d’instruire sa mère dans un dialogue intime et silencieux.

La présence d’un danseur (magnifique et émouvant Naïs Haidar ce jour-là) est un discours autonome et plus irrationnel pour incarner la mort. Cette présence permet aux mots de s’envoler, conduit les spectateurs à les suivre et finit par brouiller la frontière avec la mort. L’opiniâtreté de la mère qui refuse un silence vide, “fouille dans les replis du temps” et offre au mort non plus l’absence, mais la possibilité d’une incarnation invisible, et quelque peu tangible. Au-delà de toute croyance, une porte s’ouvre vers un peut-être et un pourquoi pas.

Là où tu es

Texte & Mise en scène : Brigitte Barbier


Avec : Coralie Emilion-Languille  et en alternance les danseurs Bouziane Bouteldja et Naïs Haidar

  • Musique : Arnaud Vernet “Le Naum”
  • Lumière: Nicolas Sand 
  • Collaboration artistique : Eva Rogow

Du 5 janvier 2022 au 12 février 2022 / Du mercredi au samedi, à 19h 

Durée : 1 h 20

Théâtre de La Manufacture des Abbesses / 7 Rue Véron -75 018 Paris

M° Abbesses ou Blanche

Retour haut de page