Théâtre/ Chant. Là bas, Chansons Aller-Retour - Théâtre du Soleil

Là-bas, Chansons d’aller-retour

Création originale : Nathalie Joly
Mise en scène : Sous le regard de Simon Abkarian

En septembre 2019, la chanteuse et comédienne Nathalie Joly est lauréate d’une bourse d’écriture de l’Ambassade de France en Algérie. En résidence à l’Institut Français de Annaba va naître “Là-bas, Chansons d’aller-retour”, un spectacle qui, à travers le chant et le parlé-chanté, va faire renaître la  parole des femmes de là-bas. Là-bas de l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie, le pays de la naissance…Un spectacle plein de tendresse et d’humour porté par le talent de deux chanteuses qui sont également soeurs et un pianiste - accordéoniste à la fois discret et très inventif.  

Réveiller la terre natale

D’où surgissent ces silhouettes vêtues de vêtements sombres et au visage caché par une étole noire ? Elles traversent la scène à petits pas, murmurent et semblent sortir d’une tombe…Derrière une musique troublante…Mais l’impression ne dure pas…L’étole s’envole, le visage souriant et lumineux apparaît et une chanson en langue espagnole éclate pleine de gaieté et de rire…
Sur le plateau, Nathalie Joly et Valérie Joly nous prennent par la main et nous entraînent vers le pays où elles sont nées et qu’elles ont quitté toutes petites : l’Algérie d’avant l’indépendance, celle racontée par leur mère et leur grand-mère et ramenée avec les bagages que la famille a pu emporter .
Entre « parlé » et « chanté », la terre natale surgit, de l’autre côté de la Méditerranée. Une terre natale parcourue de cultures différentes et de langues multiples entre autres : l’espagnol, le français, l’arabe…
Deux soeurs, deux voix, un seul chant qui raconte la parole déracinée des femmes, diseuses des histoires de la famille, des nostalgies et des amours envolés. Les mots et les chants traversent les mers et les terres. Ils arrivent des îles lointaines de Cuba et des autres terres méditerranéennes : l’Italie, l’Espagne, la Grèce…faisant des allers-retours entre ici, le pays de l’exil et là-bas, le pays de l’enfance dévorée par l’exil.

Théâtre/ Chant. Là bas, Chansons Aller-Retour - Théâtre du Soleil
© Photos Patrick Berger

Est-ce que tu te rappelles ?

La question surgit dans la complicité et le rire, mais aussi parfois au bord des larmes. La voix alto de Nathalie Joly, rentre en harmonie avec celle plus grave de Valérie Joly qui chante les chants des pleureuses. Leurs voix se répondent, se chevauchent dans le rire et la nostalgie, dans le “parlé” des souvenirs d’enfance, de la recette de la glace créponé au patouète, cette langue populaire des rues d’Alger qui s’est perdue dans l’exil. Les chants d’amour ou de désamour évoquent le retour troublant vers la terre natale, les temps de l’exode, célèbrent des lignées de femmes d’exception fières et solaires, soulignent la présence de populations venant d’ailleurs et dont l’histoire a fini par s’inscrire dans la terre algérienne. Chansons françaises, espagnoles, orientales, grecques ou cubaines, toutes, en voyageant par les ports ont fini par imprégner la chanson populaire de tout le pourtour méditerranéen. Entre mots dits et mots chantés, la langue diffère mais l’histoire reste la même. Celle de la diversité culturelle et des déracinées. Une idée qui n’est pas sans évoquer notre monde actuel.

La musique et la scène : une île pour rêver

Les chants de la musique cubaine parlent d’exil, de morts qui quittent leurs cercueils pour discuter avec les vivants, d’autres évoquent la nostalgie. Pourtant, de la mise en scène et du jeu des trois artistes sur le plateau, s’échappent la joie et la vie. Ils finissent par transformer la scène en terrain de jeu et en une sorte d’île qui laisse la place au rêve. Parler de la terre natale revient à transmettre, à ouvrir des portes, à aller au-delà des refoulements et des chagrins.
La mise en scène légère de Simon Abkarian et le jeu vibrant des deux comédiennes-chanteuses évitent la caricature des références attendues de l’Algérie d’avant l’indépendance, notamment celles de la guerre, puis de l’exode. En ouvrant l’éventail des références culturelles, cette Algérie nous est redonnée vivante et éternelle. Là-bas… c’est l’histoire intemporelle de deux soeurs qui raconte aussi la brûlure du soleil, le murmure des vagues, les odeurs d’épices, de cannelle et de fleurs d’oranger. En plusieurs langues, de rivage en rivage, au rythme de la samba, du boléro, de la rumba ou du tango, au son de l’accordéon, surgit l’histoire de cette Algérie au passé multiculturel et de ces femmes – arabes, juives, berbères, espagnoles – qui transmettent la vie et la joie encore et encore…

Théâtre/ Chant. Là bas, Chansons Aller-Retour - Théâtre du Soleil
© Photos Patrick Berger

Là-bas, Chansons d’aller-retour

Création originale de Nathalie Joly

Mise en scène : Sous le regard de Simon Abkarian


Texte et Conception, Chant : Nathalie Joly
Chant : Valérie Joly


  • Piano, Accordéon, Samples : Thierry Roques
  • Chorégraphie : Dominique Rebaud
  • Scénographie : Jean-Jacques Gernolle

Avec : Nathalie Joly, Valérie Joly et Thierry Roques

Durée : 1 h 20

Du 26 novembre au 18 décembre 2022
Du mercredi au samedi à 20h et les dimanches à 16h

Théâtre du Soleil – Cartoucherie – 2 route du Champ de Manœuvre 75012 – Paris

Tweetez
Partagez