Théâtre -Bananas (and the kings)

FESTIVAL D’AVIGNON 2022

Bananas (and kings)

Texte & Mise en scène: Julie Timmerman

Disséquer le pouvoir de la com’ et raconter la mise en place des lobbys, qui patiemment, dès les débuts du XXème siècle, ont étendu leurs tentacules sur le système de l’économie mondiale. Continuant à s’inscrire dans la tradition brechtienne du récit, après "Un démocrate", Julie Timmermman écrit et met en scène une suite au système de domination bien rôdé qui a établi la manipulation en démocratie. Une pièce plus complexe par son développement et son sujet, mais nouveau pari gagné !

De la United Fruit Company à Chiquita Banana

2012. Cour de justice de Los Angeles. Procès de la Société Chiquita Brands, une multinationale qui domine le marché de la banane. La société est assignée en justice par  les travailleurs qui la rendent responsable de leur stérilité en raison des pesticides utilisés dans les bananeraies. “Nous ne sommes pas responsables” est la conclusion de ce procès.  Flash back.1871, Minor Keith, conquistador des temps modernes, débarque au Costa Rica. Il plante des bananiers partout en Amérique centrale, exploite les hommes, trompe le fisc, empoisonne les sols.

Dans le premier spectacle de son diptyque, Julie Timmermann avait juste évoqué le coup d’État orchestré par la United Fruit Company et la CIA au Guatemala en 1954. Revenant sur cet épisode, elle développe le sujet et raconte dans ce second volet, dans une écriture et une mise en scène d’une précision au cordeau, la confiscation et la main mise des multinationales sur les États souverains. 

“Planter la civilisation”

Partant de ce fait d’actualité, Julie Timmermann démonte sans didactisme le processus et dévoile tous les rouages secrets, les malversations, les manipulations organisées d’une entreprise qui va s’organiser autour de l’évitement fiscal, la corruption des puissants, le mépris de la démocratie, l’asservissement des peuples autochtones pour finir par l’empoisonnement irréversible de la terre par les pesticides. Remontant le temps, sous la forme d’un cabaret brechtien qui prend les couleurs du western ou des films de gangsters des années 30, Julie Timmermann raconte la spoliation des populations et la montée en puissance des multinationales. La remarquable scénographie de Charlotte Villermet et les lumières de Philippe Sazerat, dans un dispositif a minima, découpent l’espace entre intérieur et extérieur. Les changements se font à vue : un rideau noir devient voile de bateau, fenêtre, bâche de protection. En s’ouvrant , il définit l’ailleurs, la nature, l’espace de l’imaginaire et l’espace occulte des Indiens. L’avant scène est l’endroit de la transaction et des jeux de pouvoirs où se magouille l’emprise des multinationales sur les territoires et les personnes, un espace aussi où la volonté de rationalisation économique abolit le rapport sacré à la terre des populations autochtones.  

Cette pièce doit aussi beaucoup au jeu plein d’inventivité des quatre comédiens – Anne Cressent et Julie Timmermann pour les femmes et Jean-Baptiste Verquin et Mathieu Desfemmes pour les hommes –  Optant pour la forme de l’opéra bouffe, la mise en scène laisse une place centrale à la musique et propose une alternance de formes de jeu. Jouant la distanciation, les personnages se racontent eux-mêmes, dans un rapport direct au public. Vêtus de costumes d’époques mélangées et de styles décalés, les comédiens assument un jeu qui passe de l’épique au poétique, du grotesque à l’ironie, du poétique au réalisme. Clowns monstrueux, bouffons égoïstes ou petites gens écrasés et dignes. Entre duos, solos et choralité, ils déroulent chaque étape de cette histoire imposée par “le système de Minor qui a surpassé l’esclavagisme”. Un système où rien n’est laissé au hasard et qui se transforme à chaque étape en “dollars-bananes”. 

Remonter aux origines, pour éclairer le présent, telle est la démarche de Julie Timmermann. La United Fruit Company est devenue depuis Chiquita Brands, une des premières multinationales. Un modèle qui a servi dans le monde entier : en Afrique, au Brésil… En s’appuyant sur les pouvoirs locaux, orchestré par la CIA, à coups de dollars et de malversations, il a conduit en Amérique  à 36 ans de guerre civile après le coup d’Etat au Guatemala en 1954. Il a servi de laboratoire aux coups d’Etat du Chili, d’Argentine, du Nicaragua, du Salvador, de Cuba… avec plus ou moins de succès. En changeant de nom, la Chiquita Brands, a obtenu le label Rainforest Alliance qui reconnaît ses avancées en matière d’écologie et de droits de l’homme. Par ailleurs, la compagnie a été aussi condamnée en 2007 pour le financement de groupes terroristes en Colombie ! Épopée à la fois bouffonne et tragique, “Bananas (and kings)” dénonce, avec une ironie mordante, les violences du passé pour éclairer celles du présent. Chiquita, c’est Bolloré en Afrique, c’est Monsanto, c’est le chlordécone aux Antilles, c’est la destruction de la forêt amazonienne et le massacre des peuples indigènes au Brésil…

Bananas (and kings)

Texte distingué par le Bureau des Lecteurs de La comédie-Française pour La saison 2020/2021 / Sélection “ À mots découverts” 2021.

Texte et Mise en scène : Julie Timmerman 

  • Collaboration artistique : Benjamin Laurent
  • Scénographie:Charlotte Villermet
  • Lumière : Philippe Sazerat
  • Musique : Benjamin Laurent
  • Son : Michel Head
  • Vidéo : Jean-Baptiste Pigneur
  • Costumes : Dominique Rocher

Durée : 1 h 30

Avec : Anne Cressent, Mathieu Desfemmes, Julie Timmerman, Jean-Baptiste Verquin 

FESTIVAL D’AVIGNON : Du 7 au 30 juillet, 14h50, tous les jours sauf les lundis

Théâtre de l’Oulle – Rue de Plaisance – 84 000 Avignon


1 réflexion sur “Avignon | Bananas (and kings)”

  1. Ping : Julie Timmerman: autrice, metteure en scène, comédienne – La SouriScène

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page