À bout de sueurs

Texte : Hakim Bah

Mise en scène : Hakim Bah et Diane Chavelet

Partir, ça prend comme ça un beau jour…Aller là-bas…Loin… Hakim Bah, auteur né en Guinée, titulaire d’un master de théâtre de l’Université de Nanterre, écrit avec “À bout de sueurs”, la plongée aux enfers, la tragédie et le mirage de l’exil…Une pièce d’une grande finesse portée par un jeu théâtral et une mise en scène très engagés…

Retour au pays en conquérante …

“Plus de père, de mère, juste un frère, un mari…Là-bas, la France, l’autre bord”…Après de longues années de séparation, Fifi revient voir Binta son amie d’enfance. Binta est restée en Afrique, s’est mariée avec Bachir qui la trompe allègrement et a eu deux garçons, déjà adolescents. Par opposition, avec son départ, Fifi a gagné en liberté. Après avoir rencontré Michel sur internet, elle a émigré en France pour vivre avec lui. Revenir au pays c’est faire croire à sa réussite sans rien dire des mirages de l’exil. 

À Paris, même les malheurs sont plus doux, affirme Fifi qui va initier Binta à internet pour la faire rêver et la libérer de sa vie conjugale harassante. Sous le prétexte d’aller aider son frère malade en France, Binta quitte son mari  Bachir et ses enfants pour rejoindre un autre homme…Les mois passent. Bachir met tout en œuvre pour reconquérir Binta, désormais injoignable. Il prend le parti de venir la récupérer à Paris, et abandonne ses enfants. Les enfants décident alors de partir à leur tour dans l’espoir de revoir leur maman. Ils meurent dans le train d’atterrissage de l’avion…

Là-bas, la France, l’inconnu…

L’écriture de cette pièce par Hakim Bah est issue d’un fait divers réel : En 1999, deux adolescents âgés de 14 et 15 ans avaient connu le même drame : montés à Conakry dans la soute du train d’atterrissage de l’avion, ils sont découverts morts à leur arrivée à Bruxelles. S’inspirant de ce drame, Hakim Bah tricote dans sa pièce l’histoire de la famille, donne la parole à la ville elle-même, s’interroge sur toutes les légendes e par les émigrés eux-mêmes, qui racontent la grandeur de l’exil et les bonheurs de la vie en France. 

Sur le plateau quasiment nu, dans une mise en scène épurée et percutante, Hakim Bah et Diane Chavalet  laissent toute la place à Vhan Olsen Dombo, Diarietou Keita et Claudia Mongumu. Soutenus par la musique de Victor Pitoiset en fond de scène, leur jeu physique à la fois dépouillé, généreux et très précis valorise chaque intention. La répétition, la musique syncopée des mots laissent voir le tragique des situations et en restituent les sens multiples. À la fin de la pièce, après la mort des deux enfants et la destruction du couple, les mots se sont transformés en paroles ressassées. L’espace scénique est devenu un non-lieu. Plus de père, plus de mère, plus d’enfants juste la France là-bas… et l’autre bord…celui d’ici  où les cadavres marchent et parlent encore.

À bout de sueurs

Texte : Hakim Bah

Paru aux Editions Lansman, la pièce a reçu le Prix Lucernaire Laurent Terzieff et Christine de Boisson 2019

Mise en scène : Hakim Bah et Diane Chavelet


Avec : Vhan Olsen Dombo, Claudia Mogumu, Aminata Abdoulaye Hama

Musiciens : Pierre-Jean Rigal et Victor Pitoiset


Durée estimée 1 h 30

Du 3 novembre au 5 décembre 2021
Du mardi au samedi à 21h
Dimanche à 17h30 

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs
75006 Paris

Réservations : 01 45 44 57 34


Retour haut de page