Wajdi Mouawad , tout le théâtre

L’œil de la souris

Wajdi Mouawad flash-back

La Souris a vu sa première oeuvre, “Alphonse”, au Festival des Francophonies de Limoges en 1987. C’était quasiment le premier texte de Wajdi Mouawad et il jouait pour la première fois en France. Son oeuvre s’est confirmée et son talent est aujourd’hui reconnu internationalement.

Né le 16 octobre 1968 à Deir-el-Qamar au Liban, Wajdi Mouawad est un homme aux casquettes multiples : metteur en scène, dramaturge, comédien, directeur artistique, plasticien et cinéaste libano-québécois. Depuis 2016, il dirige également le Théâtre National de la Colline à Paris.

Wajdi Mouawad - Le sang des promesse
Wajdi Mouawad – Le sang des promesses – photo Jean-Louis Fernandez

Flash-back

La “Trilogie” de Wajdi Mouawad*
présentée au Théâtre de Chaillot à Paris en 2010.
9 h de spectacle.

En préambule

Au début, on se prépare comme pour un marathon. 9 h de spectacle assis dans un fauteuil, ça fait peur, ça excite, ça inquiète. Au bout de 11 h de présence dans le théâtre de Chaillot, il reste cet éblouissement de la performance, cet émerveillement devant la générosité des comédiens dont l’énergie ne retombe jamais d’une pièce à l’autre et puis l’émotion spontanée de plus de 500 personnes qui se lèvent ensemble pour saluer la fin de la trilogie de Wajdi Mouawad pour une ovation de plus de 20 minutes.

Au bout de onze heures, nous sommes allés au Liban, en France, au Québec, nous avons traversé des déserts, des villes et des océans, nous avons rencontré Sabbé, Amé, Wilfrid, Aimée, Luce , Sawda, le chevalier de Guiromélan et même Antigone.

Nous sommes passés de l’autre côté d’un miroir qui nous renvoie vers nous-mêmes, vers les recoins cachés de notre propre histoire, condamnés à cet « étrange chagrin (…) pour tenter de résoudre l’équation de notre existence ».
Au bout de ces onze heures, comme Loup, Simon ou Jeanne, nous avons l’impression que l’horizon s’est dégagé, mais qu’il est effrayant de grandeur et de profondeur. Malgré les anéantissements, les horreurs, les petitesses dont il rend compte, le théâtre de Wajdi Mouawad choisit de nous offrir le monde et nous choisissons de le prendre.

* Le sang des promesses est une trilogie constituée de :

  • Littoral
  • Incendies
  • et Forêts

Wajdi Mouawad – photo ©Simon Gosselin
Retour haut de page