Les Croquis de Nanterre et d’ailleurs, la jeune troupe des Amandiers.

L’œil de la souris


« Les Croquis de Nanterre et d’ailleurs » – Atelier du Théâtre des Amandiers de Nanterre

Avec les douze jeunes comédiens de La Belle Troupe

Une expérience à ciel ouvert

Une expérience à ciel ouvert, une aventure pour explorer le territoire, sans a priori. Pendant trois semaines, les douze jeunes comédiens de La Belle Troupe, l’atelier du Théâtre des Amandiers de Nanterre sortent du théâtre, sac à dos, sans téléphone, sans connexion, à la recherche de quelque chose ou de rien, pour se perdre dans Nanterre, en Île-de-France ou en milieu rural. Se perdre, dans une ville, une rue, un bois, se perdre dans un sujet.

À l’issue de cette aventure, les jeunes artistes dévoileront au public, dans les espaces les plus insolites du Théâtre Éphémère, des spectacles courts, restitutions brutes de cette expérience humaine et artistique hors du commun.

Une expérience imaginée par Cécile Garcia Fogel
Parrainée par Jean-Pierre Thibaudat
Avec les comédiens de La Belle Troupe, l’atelier des Amandiers
Représentations : 
samedi 22 octobre et dimanche 23 octobre 2022 
dans tous les espaces du Théâtre Ephémère
Rosa-Victoire Boutterin

Rosa-Victoire Boutterin

“Je veux lire du Proust, à voix haute. Je n’en ai jamais lu, je me suis inventée que j’étais tombée amoureuse de lui, que j’étais une néophyte amoureuse.” Rosa-Victoire Boutterin

Rosa-Victoire partira sur les traces de Marcel Proust et de son univers à Illiers-Combray (non loin de Chartres). Une lecture à voix haute, comme une offrande faite à ceux qui passeront devant elle et s’attarderont. Elle terminera ensuite son voyage à La Défense, dans les locaux d’une grande entreprise, pour y questionner le rapport au temps de ces salariés pressés.


Jules Chagachnanian

Jules Chagachnanian

“Je vais être dans le chantier de Nanterre, pendant 3 semaines, avec les ouvriers. Mon but est d’aller les rencontrer, de les interviewer, de comprendre leur point de vue sur le théâtre et leur intention quant à la construction d’un tel lieu.” Jules Chagachnanian

Jules ne quittera pas Nanterre, et plus précisément le chantier du futur théâtre. Il y vivra jour et nuit, dans une tente, trois semaines durant, rencontrant ceux qui y travaillent pour mieux les raconter. Un voyage immobile ou presque.


Lawrence Davis

Lawrence Davis

“Chaque jour, je vais troquer un objet contre un autre, en essayant de trouver l’objet le plus intéressant, le plus original, ou au contraire, le plus banal, afin de voir à la fin du voyage la diversité et la valeur des objets qui seront passés entre mes mains.” Lawrence Davis

Lawrence se posera ici et là dans Nanterre. Dans la peau d’un personnage intriguant et reconnaissable (et donc attirant les curieux) et en élaborant un système de troc particulier Une façon joyeuse de rencontrer-raconter ceux qui vivent et travaillent à Nanterre.


Elise de Gaudemaris

Elise de Gaudemaris

“Mon frère aîné a 16 ans de plus que moi. Nous avons les mêmes parents mais nous n’avons jamais vécu ensemble. Je pars à sa rencontre, pour partager son quotidien qui, je pense, sera assez différent du mien.” Elise de Gaudemaris

Elise partira à la recherche de son frère aîné de 42 ans avec qui elle n’a jamais vécu. Le frère, très solitaire, habite dans l’Isère à la campagne, et ne travaille plus. Il s’occupe de son jardin et de ses moutons. Elle partagera son quotidien. Un voyage introspectif et géographique.


Raphaëlle de la Bouillerie

Raphaëlle de la Bouillerie

“Le temps de la coiffure (généralement pas moins de 45 minutes) exige une totale disponibilité de la part du coiffeur et du coiffé. C’est aussi un lieu qui empêche l’utilisation spontanée de son téléphone. Alors que reste-t-il ? Discuter.” Raphaëlle de la Bouillerie

Raphaëlle commencera son voyage à Nanterre puis gagnera la Creuse. Un périple allant de salon de coiffure en salon de coiffure choisis pour la poésie ou l’originalité de leur nom. Dans chaque salon, elle proposera ses services 48h. Et durant le séjour, elle s’initiera aux codes des salons de coiffure et glanera une tripotée d’histoires et autres anecdotes.


Axel Godard

Axel Godard

“Je souhaite faire tout ce voyage en me faisant passer pour Alcide Thébain, en référence à Hercule. J’ai transformé ses 12 travaux en différentes étapes de mon chemin. J’ai choisi des villes dont les noms ressemblent aux villes grecques traversées par Héraclès.” Axel Godard

Axel partira de Nanterre et y reviendra après un périple de 2100 km. Entre temps, il aura effectué les douze travaux d’Hercule, de lieu en lieu homonymiques liés à ses fameux travaux. Ainsi Saint-Phal en référence aux oiseaux du lac de Stymphale, il nettoiera les écuries d’Augias à Auge dans la Creuse, à Espérière (Pyrénées) il cueillera des pommes comme dans les Hespérides. Et ainsi de suite.


Gabriel Gozlan-Hagendorf

Gabriel Gozlan-Hagendorf

“J’ai imaginé aller à la rencontre des migrant.e.s de Calais qui tentent tant bien que mal de passer en Angleterre, les rencontrer, interroger l’errance avec elles.eux, évoquer ce qu’ils ont laissé pour ce qu’ils ont choisi.” Gabriel Gozlan-Hagendorfd

Gabriel partira à Calais, pour aller à la rencontre des réfugié.e.s qui y vivent. En se proposant comme bénévole pour l’association humanitaire Utopia 56. L’occasion de les rencontrer et de mieux comprendre leur sentiment d’exil, ce qu’être apatride représente pour eux, d’être dans une nation qui n’est pas la sienne.


Emmanuel Pic

Emmanuel Pic

“Je souhaite enregistrer les gens qui ont une histoire avec le suicide afin de récolter de la matière poétique par le prisme du son. Au cours de mon voyage, j’espère récolter le maximum de témoignages ainsi qu’une banque de sons(…)” Emmanuel Pic

Emmanuel partira de Nanterre pour des villes comme Orléans, Chartres et des banlieues comme Saint-Mandé ou Bagnolet pour interroger la question du suicide et celle de l’alcoolisme (souvent liées). Un tressage d’histoires renvoyant aussi Emmanuel à sa vie passée, qu’il documentera à travers des enregistrements sonores.


Nawoile Saïd-Moulidi

Nawoile Saïd-Moulidi

“Je vais me rendre dans la forêt de Meudon, tous les jours. Je déteste le silence, alors chaque jour, je vais conter pour combler ce silence, et offrir une histoire à la forêt.” Nawoile Saïd-Moulidi

Nawoile ira non loin de Nanterre explorer la forêt de Meudon par le prisme du conte et en lien avec la nature : arbres remarquables et étangs chargés de mystères, à qui elle racontera chaque jour une histoire. Avec quelques règles du jeu : chaque jour faire une offrande à une personne rencontrée, se nourrir chaque jour avec quelque chose qui vient de la forêt (…) Et par la même, inventer un conte d’aujourd’hui.


Paul Thouret

Paul Thouret

““George Sand a écrit un livre, assez peu connu sauf dans la région du Berry, qui s’appelle Les Maîtres sonneurs. Le protagoniste, un jeune homme, apprend à jouer de la cornemuse tout au long d’un voyage initiatique dans la région. J’aimerais effectuer ce même parcours.” Paul Thouret

Paul ira dans le Berry à Nohant sur les traces de Georges Sand conjuguées à celles des « Maître sonneurs » Paul s’initiera ainsi à la cornemuse, dont il ne connait rien, devenant ainsi un personnage additif au roman de l’écrivaine. Il suivra le parcours des sonneurs de Nohant à la Châtre avant de revenir à Nohant pour offrir à la maison et au jardin de Georges Sand, un concert de cornemuse.


Myrthe Vermeulen

Myrthe Vermeulen

“Je vais entreprendre un trajet à vélo au bord de la Loire : mes parents ont fait ce trajet avant que je sois née. Mon père m’a écrit des lettres sur ma mère, je les garderai sur moi et j’ouvrirai une lettre chaque semaine.” Myrthe Vermeulen

Myrthe suivra la Loire à vélo de Chinon à Chambord, un parcours effectué ensemble par son père et sa mère, avant sa naissance. Myrthe a été élevée par son père, n’a jamais connu sa mère, morte suite à un accident à vélo lorsque Myrthe avait 8 mois. Ce parcours ira à la rencontre de la mère, aiguillé par des lettres que son père a écrites à sa fille évoquant la disparue…Un parcours initiatique.


Tweetez
Partagez